IMG_1347

Après avoir déjà évoqué l'ouvrage de Sylvain Bertot et la discographie sélective qu'il propose, revenons sur le sujet hip-hop. Ici, les auteurs ont préféré compiler des entretiens, privilégiant ainsi un point de vue intérieur sur le sujet, plutôt qu'une approche de fan éclairé. Après un nécessaire historique du genre, appréhendé de façon plus géographique que chronologique afin de bien mettre en évidence les différents courants (East coast, West coast et Dirty South, notamment), les auteurs retranscrivent leurs rencontres avec différents acteurs du milieu. Les rappeurs stars sont présents (Jay-Z, Ice Cube...), les plus engagés aussi, Chuck D de Public Enemy ou encore The Coup, qui prouve que rap et communisme ne sont pas forcément antagonistes. Mais le réel point fort de l'ouvrage est de laisser la parole à des producteurs, permettant ainsi de clairement expliciter le rôle déterminant qu'ils tiennent, en particulier dans le rap. Le producteur est l'artiste à qui l'on doit la partie musicale d'un morceau, sur laquelle le rappeur viendra poser son flow. Du géant RZA (Wu-Tang Clan) et ses instrus mythiques et autres BO de film (Ghost Dog, Kill Bill....) à l'autiste Madlib, qui passe 300 jours par an enfermé dans son home-studio (sic) sans jamais se soucier de droits quant aux samples utilisés (re-sic) à produire rap et jazz, en passant par le regretté Jay-Dee qui a eu du mal à faire comprendre sa manière de travailler à certains rappeurs peu habitués à respecter des horaires, l'univers de la production est largement balayé. Là est selon nous le véritable intérêt du bouquin, mettre en lumière le rôle souvent mal compris et pourtant essentiel de ces hommes de l'ombre. Les autres entretiens apportent aussi leur lot d'anecdotes et retracent la genèse d'un genre né dans la rue, dans le ghetto, mais qui aujourd'hui tient une place de choix en haut de notre économie capitaliste.

Landry NOBLET

IMG_1349

 

Combat rap - 25 ans de hip-hop - Entretiens, Thomas Blondeau & Fred Hanak, 224 p., Le Castor Astral, 2007.