IMG_1302Voici un pari réussi. Celui de donner une vision d'ensemble d'un genre musical aux frontières parfois floues et aux ramifications nombreuses. Avec sa sélection d'albums, qui mêle subtilement objectivité et parti-pris, Sylvain Bertot offre une manière ludique d'apréhender le genre tout en évitant de céder au catalogage stérile et rébarbatif. Mais avant cela, il propose à lire un dense mais passionnant historique du genre, insistant en introduction sur quelques points essentiels mais souvent contestés ou oubliés. Le rap est un genre musical à part entière, il faut arrêter de parler de moyen d'expression, de musique de ghetto réservée aux rebelles et marginaux et de le ramener systématiquement au contexte socio-politique dans lequel il a été produit. Le genre est certes né dans les rues, mais n'oublions pas que la plupart des artistes se sont créé des personnages, des doubles souvent second - voire quinzième - degré (même si, en effet, certains rappeurs ont tendance à trop s'identifier à leur avatar). La démarche première n'est pas revendicatrice, mais bel et bien artistique et musicale. Ceci posé, l'auteur revient sur la différence entre deux termes, rap et hip-hop, le second ayant souvent une connotation plus classe et intello que le premier. A tort. Car si, à l'origine, le mot rap désigne une manière caractéristiques de chanter, alors que le hip-hop renvoie à une culture qui regroupe les grapheurs, les MC's, les DJ's et les breakers, on peut aujourd'hui considérer les deux termes comme synonymes, l'un n'étant pas plus noble que l'autre. Autre point capital qui risque d'attirer les foudres de certains, l'auteur pose clairement le rap français, d'un point de vue global, comme un épiphénomène, anecdotique et à la valeur ajoutée relative. Le hip-hop est et reste un genre américain, le rap français n'en étant souvent qu'une pale copie.

Vient donc, après de solides rappels historiques, la sélection d'albums proposée par l'auteur, chronologique et pertinente. Sylvain Bertot y assume sa subjectivité en précisant que si une moitié des disques s'est imposée d'elle-même tant l'apport des opus concernés est indéniable, l'autre répond plus à ses propres critères esthétiques. Certains discuteront peut-être ses choix, mais nous sommes en droit des préférer cette approche à une recherche d'objectivité souvent vaine et à l'intérêt limité.

Aussi bien destiné aux fans qui veulent approfondir leurs connaissances du genre qu'aux néophytes désireux de le découvrir, sans savoir par quel bout le prendre, le présent bouquin ne peut qu'être vivement salué.

Landry NOBLET

IMG_1305

 

Rap, Hip-hop - 30 années en 150 albums de Kurtis Blow à Odd Future, Sylvain Bertot, 416 p., Le Mot et le Reste, 2012.