IMG_1062Jean-Baptiste Thoret est l'un des spécialistes français du cinéma, notamment le nouvel Hollywood et le cinéma de genre. Enseignant, critique (Charlie Hebdo...), chroniqueur télé et radio (Mauvais genres, sur France Culture, 28' sur Arte...), J.-B. Thoret a publié de nombreux ouvrages, tous reconnus comme des références (sur Carpenter, Argento, ou encore le cinéma américain des seventies) et dont deux ont été récompensés en tant qu'essais.

Ainsi, c'est tout naturellement que Elisabeth Couturier s'est tournée vers lui, lorsqu'est née l'idée d'un ouvrage sur le septième art dans la collection Mode d'emploi « qui propose à tous de décrypter le monde contemporain, ses expressions artistiques et ses modes de pensée, en jetant des ponts entre passé, présent et futur ».

Et le résultat est largement à la hauteur de ces promesses. En 250 pages richement illustrées, l'auteur parvient à donner un panorama complet du cinéma dit contemporain – il prendra évidemment la peine de définir ce concept, de manière particulièrement pertinente. Après cette définition de son sujet, il abordera les grandes tendances et thématiques qui caractérisent le cinéma d'aujourd'hui (complotisme, contestation, effets spéciaux, l'influence marquante du 11 septembre, violence...).

Viennent ensuite les deux parties les plus intéressantes du bouquin, pour ce qui nous concerne en tous cas : une analyse des genres, suivie d'une définition des différents styles, parties qui ont l'avantage de mettre en lumière la différence de sens fondamentale entre ces deux notion parfois (souvent ?) confondues. Le genre est ainsi une catégorie d’œuvres qui répondent à des codes (de mise en scène, de scénario...) définis et similaires (le western, la comédie musicale...), alors que le style correspond plus à une démarche artistique liée à une époque ou à une école, plus qu'au genre (expressionnisme, classicisme, maniérisme...). Ici, l'auteur illustre son propos avec le cinéma, mais son analyse peut aisément être étendue à l'ensemble des œuvres de fictions. La question des styles permet en outre d'établir certains subtils parallèles entre le cinéma et l'histoire de l'art en général, qui remettent le propos en perspective sans pour autant proposer une contre-histoire de l'art.

La seconde moitié affirme l'ouvrage comme guide : s'enchaînent deux chronologies (moments forts, puis dates-clés) puis deux inventaires (les films matrices, les cinéastes marquants). Avec les chronologies, l'auteur revient sur certaines innovations techniques incontournables (le parlant, le mouvement de caméra, la couleur...) tout en proposant certains repères inattendus et pourtant très appropriés (la démocratisation du téléphone portable, la première vision subjective ou les liens entre porno et politique au Japon). Les guides des films et cinéastes délaissent l'exhaustivité au profit de la représentativité. Tout y passe, de Melville à Gaspar Noé, de La Nuit des Morts-Vivants à Aguirre ou la colère de Dieu, de Cronenberg à Bruno Dumont (Flandres).

Un livre ludique, un guide constitué de fiches plus que de chapitres, et agréable à lire, à la fois pointu dans ses analyses et accessible dans son style, le tout bénéficiant d'une iconographie soignée.

 

Landry NOBLET

IMG_1069

 

Cinéma contemporain mode d'emploi, Jean-Baptiste Thoret, 256 p. Flammarion, 2011.