On vous a déjà dit tout le bien qu'on a pensé du premier Bang !  Eh bien, le Bang ! nouveau est arrivé, il s'appelle Katinka, et il est encore mieux que le premier.

Même si l'on retrouve la maquette de Bang !, ainsi qu'un certain univers, ce Katinka peut se lire complètement indépendamment de Bang ! Précision faite.

C'est parti pour la chronique, en attendant l'interview-croisée des auteurs et le port-folio.

bang-volume-2Ivan est flic. Mais Ivan est en prison. Un œil de verre est retrouvé sur une scène de meurtre très professionnel. Comme une réminiscence funeste du passé d'Ivan. Ses supérieurs vont alors le sortir du placard. Il est le seul en mesure de traquer l'auteur de ces crimes. Sa quête effrénée sur les traces de Katinka doit aussi lui permettre de guérir de vieilles blessures...

Ainsi commence le parcours chaotique d'un flic usé sur les traces d'une tueuse qu'il ne connaît que trop bien. A l'image de Marv dans Sin City, Ivan est d'un genre plutôt brutal, préférant les beignes dans la tronche aux grands discours pour obtenir les réponses qu'il cherche. Un personnage fêlé et solitaire qui semble venu d'une époque depuis longtemps révolue, semblable à certains détectives hard-boiled du roman noir. Seule sa volonté de retrouver Katinka semble le raccrocher encore à la vie.

L'autre personnage-clé de l'histoire, Katinka, est l'élément central du récit, son ombre y plane constamment, même si on ne la voit que lors de la scène finale, si on excepte les flash-backs. Car, comme pour ponctuer la course frénétique d'Ivan, certains moments de l'existence de Katinka nous sont révélés, autant d'indices pour comprendre son comportement violent à première vue irrationnel. La scène d'introduction peut être lue comme la vraie naissance de Katinka, ce qui a fait d'elle cette tueuse psychopathe qui cherche à se construire par l'auto-mutilation, drogues et chirurgie à outrances. Une espèce de "construction par la déconstruction", qui témoigne de graves troubles de l'identité. Noire et désespérée.

A l'image de la quête d'Ivan sur les traces de Katinka, dont l'absence chronique confère presque un côté mystique à sa mission. Il croit pouvoir tourner la page sur certains événements en retrouvant celle qu'il cherche, mais ne fait que courir vers sa perte sans le savoir, un peu comme le Harvey Keitel de Bad Lieutenant, sur les traces d'une rédemption à laquelle il n'aura jamais droit.

C'est en fait d'amour, et rien d'autre, dont il est question. Un amour impossible, malsain. Katinka n'a trouvé le réconfort que dans les bras de ce père adoptif. Ivan semble attiré comme un aimant par cette jeune fille cinglée depuis le premier regard. Même si elle a ruiné sa vie. L'amour a ses raisons...

Le pessimisme règne en maître sur ce récit où le bonheur est systématiquement refusé aux personnages. Certes moins pétaradant que son prédécesseur, où les scènes d'action étaient nombreuses, dans un esprit grand-guignol proche du cinéma de genre, ce Katinka est autrement plus dur. La violence dont il est ici question a un aspect plus réaliste. Elle atteint brutalement les personnages, auxquels le lecteur va vite s'attacher. Les auteurs, eux, n'épargnent rien à leurs créations de papier. Ils leur ont accordé cependant un soin particulier, en témoignent certains seconds-rôles bien campés. La qualité des dialogues contribue à incarner des protagonistes parfois juste aperçus. L'intrigue est plus synthétique que dans le premier opus, la lecture y gagne en fluidité, comme si on passait d'un western survolté et bordélique à un vrai polar noir comme la suie.

Le dessin est lui aussi plus cadré. Le côté sale et gras est toujours présent, même si on sent clairement que Loïc Godart est plus à l'aise dans son style et qu'il a fait montre d'un niveau d'exigence supérieur. Certaines cases sont plus aérées, la texture et l'ambiance étant garanties par des couleurs elles aussi plus travaillées.

Ca faisait un bail qu'on n'avait pas lu une nouveauté aussi originale et aboutie par chez nous... Bravo, messieurs !

 

Landry NOBLET

 

Aller plus loin : Bang ! t.1

Partie 2 : l'interview

Partie 3 : le port-folio

bang2pl09

 

Bang ! t.2 - Katinka, Jean-Christophe Deveney (scénario) & Loïc Godart (scénario, dessin & couleurs), 64 p., Akileos, 2012.