IMG_0930Hector Malbarr est un parvenu. La seule raison de sa présence dans l'espace VIP de l'aéroport de Copenhague tient au fait qu'il doit épouser une femme riche à faire pâlir Crésus. Il tue le temps de sa correspondance en sirotant du champagne dans cet endroit privilégié. Angie, brune, « pornographiquement » roulée, le rejoint. Elle l'embrasse, avant de l'informer de l'état d'avancement des préparatifs de la cérémonie à Lamb Island. Rien d'extraordinaire, si ce n'est qu'Angie n'est absolument pas la Glenda avec qui Hector est censé se marier...

C'est sur ce postulat incongru que démarre le roman de Sébastien Gendron. Et les situations improbables ne font que commencer pour le pleutre qu'est Hector, blasé, lassé, qui préfère suivre une brune inconnue sur l'île de son savant-fou de père, qu'épouser une blonde accro au ménage et aux sucreries. Après tout, il est parti pour se marier, pourquoi ne pas pimenter un peu le tout ? D'autant que ce James Bond de cour de récré préfère suivre le mouvement plutôt que de prendre des initiatives. Il suit donc sa nouvelle épouse et sa vie se transforme en parodie de roman d'espionnage, où personnages grotesques et situations rocambolesques vont se succéder dans une série de clins d'oeil, de Jurassic Park à Hulk. Usant d'un vocabulaire châtié, créant sciemment le décalage entre le style ampoulé et le propos farceur, à l'image de son personnage d'aristo par alliance, l'auteur entraîne le lecteur dans cette comédie en forme de nœuds marins ratés. Lecteur qui ne lâchera pas ce roman qui se dévore, tant qu'il ne connaîtra pas la solution de ce casse-tête. Si solution il y a... C'est drôle, c'est bien écrit, et on se laisse prendre par ce roman d'espionnage halluciné. Pourquoi s'en priver ?...

 

Landry NOBLET

 

Aller plus loin : le blog officiel de Taxi, Take off & Landing ; le blog de critique de Sébastien Gendron, le Petit Laboratoire des Potentialités Globales.

IMG_0936

 

Taxi, Take off & Landing - Roman aérien, Sébastien Gendron, 216 p., Editions Baleine, 2010.