IMG_0855Pour un tueur à gages confirmé, ce qu'il est, le contrat avait l'air plutôt pépère. Rien qu'à se planquer dans un appartement parisien et à attendre que Monsieur pointe son nez dans la garçonnière située juste en face, de l'autre côté de la rue. Un boulot facile, en retrait, au fusil. Sauf qu'au bout de deux semaines, seul dans un endroit où il est impossible d'allumer le soir dans un souci de discrétion, alors que rien n'a bougé en face, le temps devient long. Et on commence à réfléchir...

Cet album est le premier d'une série, mais il peut se suffire à lui-même, comme un one-shot. Les auteurs réussissent le tour de force qu'est le huis-clos en BD. Certes avec digressions et flash-backs, mais le résultat reste un album de plus de soixante pages sur un gars seul dans un petit appartement. Il va se dévoiler au lecteur par une voix-off omniprésente. Parler de son métier, de son passé, de sa conception des choses de la vie, et se révéler, mégalomane, misanthrope et nihiliste. Un vrai professionnel, par contre, sorte de business-man qui intervient dans le commerce de la haine. Mais de la haine entre riches, car il faut pouvoir s'offrir ses services. Les jours, les verres et les clopes passants mais rien ne se passant, il va commencer à perdre pieds, se chercher une conscience au fond de sa solitude, qui va bien au-delà des murs de son repère maintenant trop familier. Difficile de ne pas mentir quand on fait son métier, d'être honnête, de se confier. Donc de tisser des liens. Ou comment rendre un être abject un poil attachant.

Au dessin, Luc Jacamon fait preuve d'inventivité et de talent pour se mettre au service du propos de son scénariste, sans se faire trop discret. Son trait aéré et épuré, comme une capture de dessin animé, rehaussé par une intelligente mise en couleurs aux feutres, met en valeur le scénario autant qu'il participe à la qualité de l'ensemble.

 

Landry NOBLET

 IMG_0859

Voir aussi : La Nuit du vigile, le roman de Matz.

 

 

Le Tueur t.1 - Long Feu, Matz (scénario) & Luc Jacamon (dessin & couleurs), 64 p., Casterman, 1998.