IMG_0788Carlos Trillo, scénariste de bandes dessinées argentin, mort il y a quelques mois, est l'auteur d'un sacré paquet de scénarios. Parmi lesquels figurent un certain nombre de grandes histoires. Associé au dessinateur Domingo Mandrafina, il a réalisé des albums marquants, comme Les Vieilles canailles. Ou La Grande arnaque.

Dans une dictature fictive d'Amérique Latine, soutenue par le gouvernement des Etats-Unis, le dictateur en place, avec l'ingéniosité de l'écrivain officiel du régime, crée de toute pièce le mythe d'une vierge, incarnée par sa nièce, afin de réguler les naissances et ainsi diminuer le nombre de recrues potentielles pour les rebelles. Complètement dominée par ce tyran pervers, sa nièce, accessoirement sa maîtresse par obligation, devient ainsi La Vierge Blanche, adulée dans toute la colonie. Le mensonge prend et la population baise moins. Le jour où la belle reçoit des photos d'elle dans une posture délicate en compagnie du ministre de l'intérieur, elle n'a d'autre choix que d'aller voir un détective, qui n'est autre que le demi-frère dudit ministre...

Et ce n'est que le début de cette histoire aux accents de pièce de théâtre, où les personnages secondaires s'adressent directement au lecteur et où même les plus impitoyables ont leur dose de second degré. Comme l'Iguane (qui sera le héros d'un second album), l'exécuteur des basses oeuvres du régime, mi-homme, mi-reptile que l'on rencontre aussi bien en train de torturer une prostituée que prenant une pose ridicule, façon Kung-Fu Panda, pour arrêter une voiture. C'est ce mélange de réalisme sordide et de farce potache qui caractérise l'univers de Trillo. Il dénonce fermement mais conserve une certaine forme de légèreté pour ne pas trop déprimer son lecteur. Le fond du propos n'en est pas moins grave. Mais le divertissement est là. Pour faire passer la pilule.

 

Landry NOBLET

IMG_0789

 

La Grande arnaque, Carlos Trillo (scénario) & Domingo Mandrafina (dessin), traduit de l'espagnol par Jean-Michel Boschet, 128 p., L'Echo des Savanes / Albin Michel, 1998.