IMG_0849Tais-toi ou meurs de Mark Oliver Everett, c'est « l'histoire d'un gars (à qui il arrive de se retrouver dans des situations ressemblant à celles de la vie d'un gars connu) ». Et ce gars, c'est le leader de Eels, groupe phare du rock underground américain des années 90s. Ecrire son autobiographie à à peine cinquante ans pourrait paraître prétentieux. Ce n'est pas le cas quand on a le talent d'écriture et le passif du bonhomme. Il n'y a pas besoin d'être vieux pour avoir du vécu. Après une jeunesse dans l'ombre d'un père scientifique pour le Pentagone (le premier à évoquer la théorie des mondes multiples) avec qui il partageait peu, qu'il retrouvera mort d'une crise cardiaque dans le lit conjugal à dix-huit ans, M. O. Everett deviendra vite le dernier représentant du nom. Sa soeur, toxicomane et alcoolique, se suicidera. Et il assistera au dernier souffle de sa mère en phase terminale d'un cancer après l'avoir veillée seul des semaines entières.

Sa vie sentimentale tumultueuse lui amènera plus de raison de se prendre la tête que de réconfort. "J'aime les filles dingos", chapitre qui intervient comme une parenthèse à la moitié du récit, illustre ce point de façon plutôt drôle. Car c'est bien là que réside la force de l'auteur. Malgré ce passé lourd et triste, cette promiscuité avec la mort, il a su éviter le cynisme et enrichir sa philosophie de vie. Loin du donneur de leçon, il parvient à extraire du positif des situations les plus horribles et livre des réflexions pertinentes, quasi métaphysiques, nourries de ses expériences personnelles et professionnelles. Car au milieu de tout ça, il est aussi question d'une carrière, celle d'un homme qui a marqué la musique mais dont personne ne connaît le nom et c'est très bien comme ça (sic).

Dans un style pur, concis et direct, Tais-toi ou meurs est l'histoire d'un homme que le destin n'a pas épargné mais qui a toujours gardé la tête hors de l'eau et l'occasion de découvrir la genèse d'un groupe de rock atypique, loin des clichés sex, drugs and rock'n'roll.

 

Landry NOBLET

IMG_0783


Eels - Novocaine for the Soul


Tais-toi ou meurs, Mark Oliver Everett, traduit de l'anglais (USA) par Clémentine Goldszal, 224 p., 13E Note Editions, 2011.